Oubliée

Cela ressemble à quelque chose que de tout à fait étrange dont on ne sait s’il existe ou a un jour existé. De ces choses, personne ne sait rien, personne n’a vu, personne n’a lu ou entendu. Comment parler de ce qu’on ne sait pas. Comment parler de ce que personne n’a voulu. Que devient ce qui finit par naître ailleurs, en dehors du tout. De quel côté est la vie ?

Pour raconter, il faut que je pense à un fait tout à fait étrange dépassé, et déjà périmé. Cette chose m’appelle. Je ne sais plus vraiment si elle a existé et si elle continuera en dehors de moi. Il me faudra sans doute des années pour comprendre. Peut-être tout simplement faut-il se laisser aller. Des choses passent, se croisent, trouvent du sens, puis se défont et se refont ailleurs. Je croyais les posséder et puis, elles m’échappent à nouveau. Il faudra se laisser aller à l’imprudence d’écrire, décrire cette expérience du retour parmi les siens.

J’ai passé ma vie à chercher, et même ce que j’ai trouvé, je continue de le chercher. Volontairement, je crée ce désordre dans mes papiers, dans mes classements, dans mes souvenirs. Je vis de ma perte. Je suis la perte. Je suis celle qu’ils ont perdue à la naissance, celle qu’il ne voulait pas. Dieu sait ce qu’il a dit à ses enfants, il devait hurler dès que le souffle de cette histoire venait à résonner jusqu’à lui. Ils ne devaient plus parler de cela, je suis la chose qu’on tait. Mais de quelle histoire parle-t-on ?

Advertisements