Lao-tzu (chap.XIV) Regardant sans voir, on l’appelle Invisible ; écoutant sans entendre on l’appelle Inaudible

« Lao-tzu (chap.XIV) Regardant sans voir, on l’appelle Invisible ; écoutant sans entendre on l’appelle Inaudible ; palpant sans atteindre on l’appelle Imperceptible ; voilà trois choses inexplicables qui, confondues, font l’unité. Son haut n’est pas lumineux ; son bas n’est pas ténébreux. cela serpente indéfiniment indistinctement jusqu’au retour au Non-chose… On le qualifie de Forme de ce qui n’a pas de forme et d’Image de ce qui n’est pas image… »
François Cheng, Vide et plein, p.55, Ed. Points, coll.Essais.

Advertisements