L’agneau de la fable..

Si je les aime tant (les étrangers), est-ce parce que nous tous, gens d’ailleurs, nous nous sentons mal à Paris ? Non, ce n’est pas cela. D’abord, je ne me sens pas mal à Paris (pas plus mal que dans n’importe quel lieu que je n’ai pas choisi), ensuite, mon ami arménien du marché qui appelle les jeunes femmes « °p’tite soeur° », les moins jeunes « °p’tite mère° » et qui ne dit pas « °Madame° » même aux récits plus élégantes, lui, manifestement, se sent bien à Paris. Ce n’est donc pas une affaire de bien ou mal dans la vie. Mon amour n’est pas une « °camaraderie de malheur° ». C’est qu’à chacun de nous, n’importe qui, fût-il ivrogne ou gamin de cinq ans, peut à n’importe quel moment crier « métèque » et nous, nous ne pouvons pas – lui crier la même chose. C’est que, quel que soit le point de la carte où nous nous tenions, sauf – dans notre pays, nous y sommes, en ce point – s’agirait-il même des plus vastes prairies – précaires : le pied est précaire, la terre l’est aussi… C’est qu’à la moindre étincelle – la colère se déchaînera contre nous, cette colère que le peuple tient toujours en réserve, la légitime colère de la dignité offensée avec ses éternels éclats d’injustice criante. C’est que – ici – chacun d’entre nous, qu’il soit trublion ou loup, est éternellement l’agneau de la fable, le désigné d’avance – coupable d’avoir troublé l’eau du ruisseau. C’est que, dans la tempête, s’il faut absolument passer quelqu’un par-dessus bord, immanquablement, contre toute justice et, en fin de compte, normalement – ce sera nous. C’est que nous sommes tous, de l’Africain à l’Hyperboréen, camarades non pas °de malheur°, mais °de danger°. C’est que si, tous, nous sommes sous le regard de Dieu, nous sommes aussi, en terre étrangère, soumis à la colère des hommes.

Marina Tsvetaeva, “Le Chinois”, Lettre à Bounina du 28 avril 1934.

Advertisements

The Difference the Truth Makes….

L’ampoule s’est allumée pour moi à 43 ans et ce fut un véritable sentiment de perte

Adoptee in Recovery

It’s been so heavy on my mind to write about the difference in young adoptees and older adoptees learning their truth.

There is a HUGE difference! 

I know so many adoptive parents wait and have their own reasons for keeping quite about their child’s history, identity, roots, biological family, etc. They have reasons why they don’t “come clean” about all the information they have in regards to their adoptive child. Many years ago, many of them were told to keep quiet, because back in the “Day” that was supposed to be the best thing for everyone. Many adoptive parents have taken this very vital and critical information to their graves, all because they were told keeping it a secret was the best thing to do. Many adoptees find out their truth after their adoptive parents pass away, and long hidden documents are uncovered, somewhere in all their belongings. Many adoptive…

View original post 1,533 more words