Une vie n’ayant pas à être pleurée

“La raison pour laquelle quelqu’un ne sera pas pleuré, ou a déjà été jugé comme n’ayant pas à être pleuré réside dans l’inexistence d’une structure d’appui susceptible de soutenir à l’avenir cette vie, ce qui implique qu’elle est dévaluée, qu’elle ne mérite pas d’être soutenue et protégée en tant que vie par les systèmes de valeur dominants. L’avenir même de ma vie dépend de cette condition de soutien. Si donc je ne suis pas soutenu, alors ma vie est jugée faible, précaire, et en ce sens indigne d’être protégée de la blessure ou de la perte, et est donc une vie qui n’est pas digne d’être pleurée. Si seule une vie digne d’être pleurée peut être considérée, et considérée à travers le temps, alors seule une vie digne d’être pleurée pourra bénéficier d’un soutien social et économique, d’un logement,de soins médicaux, d’un emploi, de la liberté d’expression politique, de formes de reconnaissance sociale, et d’une capacité de participation active à la vie publique. On doit, pour ainsi dire, être digne d’être pleuré avant d’être perdu, avant que se pose la question d’être négligé ou abandonné et on doit être capable de vivre une vie en sachant que la perte de cette vie que je suis serait déplorée, et donc que toute mesure sera prise afin de prévenir cette perte.” Judith Butler, texte complet : http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/09/28/pour-une-morale-a-l-ere-precaire_1767449_3232.html#J41rtIrPcOQvJcR0.99