Enquête

Je vous invite à participer à l’enquête réalisée par Crypticomega dont j’avais l’année passée relayé la vidéo “An adoptee’s Nightmare” sur Facebook (Terre Libanaise)
Voici donc une enquête par les adoptés POUR les adoptés. Car avant d’être une problématique, l’adoption est un sujet qui porte sur un vécu, un vécu des premiers interéssés. Avant d’être un champ d’intervention, avant même d’être une problématique ou un objet de recherche, l’adoption (comme d’ailleurs le handicap, et la comparaison n’est pas fortuite dans mon cas), est un vécu marqué par une parole confisquée. Aujourd’hui, les adoptés s’organisent dans une démarche émancipatrice , grâce au hachtag #flipthescript, blogs, sites internet, à la réappropriation de leur vécu et à l’organisation de leur propre champ de recherche.
L’enquête est ici. Je vous invite donc à y répondre. Je relayerai les résultats de cette enquête et de son exploitation sur le blog.
Advertisements

The Moment I Lost my Bio Family

Les adoptés en général n’ont pas eu d’autre choix que d’être aphasique par le simple fait qu’on nous a littéralement coupé le sifflet!! (le souffle). C’est un sujet à part entière que celui-là. Personnellement, j’ai eu une expérience d’aphasie étant petite et je pense que c’est lié au traumatisme de l’abandon.

Rachels Birth Family Search

In reconnecting with my bio family last May, I had to process a lot of intense realities. One was the idea that at one point–one epic moment in time, when I was literally in physical transition from the hands of my bio family to the arms of my adoptive family, there was a transitional moment where I was utterly and completely alone. A single little baby– without a family, without a home, armed with only the clothes on my back. At this solitary moment, I was an orphan. Somewhat destitute and on my own. This cosmic moment in time is something that all adoptees share. It’s not something I ever dwelled on. And yes–one could actually say that at that transitional moment, I actually had two families, so double the love and all that. Which was also absolutely true. But on the other hand, quite literally at that transfer moment, I was at square one. Alone. Helpless and penniless with…

View original post 1,184 more words

Sharing Your Story Alleviates Stereotypes

Partager son histoire évite les stéréotypes. “I am constantly searching for the words that help to reinforce the fact that my story is just one of many unique, valuable and beautifully tragic adoption stories” – Angela Tucker

Angela Tucker

In watching Chimamanda Adichie eloquently speak of The Danger of a Single Story, I couldn’t help but to reflect upon my own experience with Closure. Over the past year I have felt a nagging conviction that although Closure is affecting people positively and in droves (awesome!), I often find myself editing my words during the Q&A portion after screenings of the film. I am constantly searching for the words that help to reinforce the fact that my story is just one of many unique, valuable and beautifully tragic adoption stories. I’m often asked questions such as “…has being in reunion with your birth family brought peace and happiness or more struggle and confusion?” followed by “…would you suggest all adoptees to search?”  I work really hard to consistently only answer from my experience only, hopefully helping folks to understand that my answer and this film shows only one story. That my…

View original post 252 more words

Effets secondaires

Depuis que j’ai retrouvé, toutes les fois où je dois discuter de ma place : dans ma famille proche, au travail, et même quand je me gare, dans la file des voitures quand je dois me rabattre, je vis un stress énorme. Palpitations, jambes molles, vision double… Je ne peux pas être dans l’après, ni même dans l’avant, je suis dans l’instant-instant : fixer mon regard sur une flamme qui brille, ne percevoir que son infime mouvement et voilà presque tout, comme un nouvel exercice de ma vie.