Le secret, c’est…(3)

“Le profane suppose l’initié. S’il y a secret, il y a confidence. Quelqu’un sait, quelqu’un en a dépôt une vérité sur laquelle il veille jalousement mais qu’il partage néanmoins avec un autre ou avec Dieu”

Jankélévith, L’ironie, Paris, Flammarion, 1964.

Advertisements