Si la honte le fait se retourner la nuit,

Chercher le sommeil pour cacher son visage

C’est qu’il voit avec les yeux de la conscience

Celui qu’on disait un garçon intraitable

Revenir juger l’homme qui l’a trahi.

Plutôt plaider coupable qu’en guise de défense

Se prévaloir d’une sagesse acquise.

Le chemin qui va d’hier à aujourd’hui

Semble obscur parfois et si plein de détours

Qu’il n’est guère aisé de s’y reconnaître

Non plus que d’en justifier le parcours

Auprès d’un enfant qui le commence à peine.

Il a beau trembler chaque nuit davantage,

Le cœur n’a pas perdu sa jeune fierté.

Oublie ses défaillances, pardonne-lui

D’avoir tant de mal à battre sans avoir peur

De l’ennemi qui est dans la place et le guette.

Que vienne le jour l’en délivrer, qu’il vienne

Adoucir ce regard d’ange justicier

Où se reflète sa sainte colère d’autrefois

Tournée contre soi infidèle à l’enfance

Et déjà soumis avant même de se rendre. »

Louis-René des Forêts

Poèmes de Samuel Wood

Fata Morgana, 1988

Advertisements